Credit Consommation : la fin du remboursement anticipé sans frais

By | 14 décembre 2010

[rds]

Reforme du credit à la consommation : une nouvelle faille dans la loi Lagarde ?

Hier après midi, en faisant le tour de la presse et des articles qui peuvent être intéressant à décortiquer et à analyser, je suis tombé sur le point.fr, avec une drole de surprise dans les amendements de la loi Lagarde portant sur la réforme du credit à la consommation.

cout faible meilleur credit

Alors, oui, il y a des avancées pour réduire les durées de procédures de surendettement, oui il y a des avancées pour sensibiliser les citoyens au danger du surendettement… et encore !!!
Je vous invite à nouveau à lire notre post sur les vérités et les dessous de la loi Lagarde !
Notre ministre de l’économie joue plus au pompier qu’elle ne se met dans un rôle de prévention et surtout dans son rôle principal qui est d’insuffler un nouvel élan à notre société et de répondre aux vrais problèmes de celle-ci.

Car, une réflexion fausse pousse tous les médias, les politiciens et donc un grand nombre de citoyens, à dire que le surendettement vient de l’empilement des credits provoqués par les établissements de credits acceptant les demandes de credits sous toutes formes et de toutes parts !
C’est en partie vraie, mais ce qui cause le surendettement, ce sont surtout les vrais problèmes de notre société : l’éducation, les retraites, la santé.

Ce sont des piliers de notre système qui s’effritent car ils coutent de plus en plus chers pour des personnes qui ont de moins en moins de moyens.
Le crédit deviendrait-il alors une solution pour s’offrir ces « piliers » !
N’est ce pas là un problème ? Etre en bonne santé à crédit est un non sens !!! C’est ici, que se joue la croissance ou la diminution du surendettement !!

Fin des remboursement anticipé sans frais pour les credits conso

Bref, là n’est pas le propos de cet article écrit par Laurence Allard du point.

Ici, la journaliste parle de la volonté de cette loi dans la diminution des couts du credit à la consommation, mais à partir du 1er mai 2011, « les souscripteurs de credit conso devront verser des pénalités en cas de remboursement anticipé pour tout prêt supérieur à 10.000 euros. »

C’est aux demandeurs de crédits que reviendra le plaisir de négocier avec l’établissement de credit contacté, l’exonération de ces « pénalités » ! Evidemment, cette négociation devra se passer avant la signature du contrat.

Voila une drole de façon de protéger le consommateur !

L’article intégral sur la fin du remboursement anticipé sans frais ci-dessous

Credit Conso: les demandeurs de credits payeront encore plus !

« La loi Lagarde, votée le 1er juillet, est censée protéger les particuliers, renforcer la concurrence et donc diminuer le coût des crédits à la consommation. Sauf que Bercy est repassé derrière. La publication des décrets et de la circulaire d’application réserve une surprise de taille : à partir du 1er mai 2011, alors qu’ils en étaient exemptés jusqu’à présent, les souscripteurs de crédits à la consommation devront verser des pénalités en cas de remboursement anticipé pour tout prêt supérieur à 10.000 euros.
Une somme qui peut représenter 2,3 % du montant emprunté, voire plus si on se réfère aux taux de pénalité pratiqués sur les crédits immobiliers. Sur un montant de 75.000 euros – le maximum qui pourra être désormais emprunté (contre 21.500 euros jusqu’alors) -, la facture peut s’élever à 1.700 euros. C’est loin d’être négligeable.

La faute de Bruxelles !

« Cette disposition résulte de la transposition dans le droit français d’une directive européenne », commente le cabinet de conseil Denis Cotte. On s’en serait bien passé. La seule parade consiste à négocier, à la signature du contrat, l’abandon de ces pénalités. Ce n’est pas impossible : certaines banques, comme la Société générale, y consentent sur les crédits immobiliers.
Les décrets fixent d’autre part à 1.000 euros le montant du prêt au-delà duquel l’établissement de crédit doit proposer les deux choix – un prêt amortissable ou un prêt personnel – et à 3.000 euros le seuil au-delà duquel il doit demander un certain nombre de renseignements. Ils limitent par ailleurs le montant des « cadeaux » pouvant accompagner le prêt et en interdisent toute publicité. »

Le blog credit responsable tenait encore une fois à remercier le point pour cet article qui inspire notre critique sur l’application de la loi Lagarde.

N’hésitez pas à réagir et à nous faire part de vos commentaires favorables ou défavorables sur la loi Lagarde mais aussi sur le post !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *