George Krausz, histoire d’un surendetté à la TV

By | 27 janvier 2011

Nous sommes heureux de compter George Krausz parmi nos lecteurs, (n’hésitez pas à lire d’ailleurs l’article sur Georges Krausz)
Cette personne surendettée ayant connu de nombreuses difficultés dans sa vie, mène un combat contre le surendettement !

Le surendettement ça peut arriver à tout le monde, mais le pire, c’est que lorsqu’on y est, on est exclu et il devient plus que difficile de s’en sortir !
George Krausz clame haut et fort ce combat contre le surendettement et l’exclusion financière et sociale.

Nous sommes heureux de voir qu’il apparaitra ce samedi dans l’émission de Thierry Ardisson « Salut les terriens ! » ce samedi 29 janvier pour soutenir la cause des surendettés !

N’hésitez pas à regarder l’émission et à donner vos avis sur l’apparition de George Krausz sur ce post et sur le site du blog credit responsable !

6 thoughts on “George Krausz, histoire d’un surendetté à la TV

  1. Nom (requis) Krausz Georges

    Merci pour votre article :
    J’espère ne pas vous décevoir. Mais pour en savoir plus et comprendre la galère d’un surendetté atypique, puisqu’il est imposable, procurez-vous mon prochain ouvrage qui paraîtra en mars : « Les Gueux de la République », aux éditions In Octavo.
    Onze année d’imbroglio juridique – 8 jugements, et 3 victoires, mais mon dernier plan qui aurait du s’achever le 8 septembre, se poursuit encore un an parce qu’un juge s’est trompé mais n’a pas voulu corriger son erreur. Quant aux décideurs politiques, aucun n’a daigné se soucier de notre sort – Personne n’ose se soucier du sort d’un exclu, même lorsque sa requête est légitime : « Responsables mais pas coupables ».
    Il faut bénir les loups, mais punir les agneaux !
    Amis lecteurs de Crédit Responsable, à Samedi 29 janvier, sur Canal + Dans l’émission « Salut les Terriens » de Thierry Ardisson.

    Georges Krausz

  2. credit responsable Post author

    Bonjour Georges,

    j’espère que vous allez bien !
    Vous avez commencé votre commentaire par « j’espère ne pas vous décevoir » ! Oh que non !
    Au delà de votre interview qui sur la forme était très bien réalisée (de votre part comme de la part d’ardisson dans son montage), vous avez été très bien dans le fonds avec l’exposé de votre situation, celle d’un battant qui coute que coute souhaite s’en sortir !

    Une fois de plus, vous vous redressez pour affronter la situation !

    Bravo Georges !
    J’espère que que votre situation s’améliorera avec la fin du plan de redressement et avec vos ouvrages qui trouveront certainement une très bonne audience.

    Que votre exemple serve aux personnes en situation de surendettement !

    Revenez quand vous voulez sur le blog du crédit responsable, vous êtes ici chez vous !
    a bientot
    Blog crédit responsable

  3. Nom (requis) Krausz Georges

    Bonjour, amis de Crédit Responsable,

    S’entendre dire : « vous êtes ici chez vous ! » réchauffe le cœur de celui qui a été jeté depuis bientôt 11 ans, et qui n’a pas encore réussi à obtenir que la durée cumulée de ses plans soit ramenée à 8, comme le laisse croire l’une des mesures de la Loi Lagarde.
    Je vous informe que vous me verrez au Journal de 13 h mardi 8 février, sur TF1.
    Mais trois minutes de diffusion pour tenter d’expliquer onze années de galère, ça ne sera pas chose facile.
    Alors, soyez indulgent. Je voudrais que mon témoignage donne une lueur d’espoir à ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir s’exprimer.
    A bientôt, amis de Crédit Responsable et vos lecteurs.

    Georges Krausz

  4. surendettement

    Un témoignage important pour les surendettés. Ces derniers tellement stigmatisés et exclus socialement ont trouvé un porte parole qui sait de quoi il parle et qui défend leur cause avec brio.

  5. Nom (requis) Krausz Georges

    À découvrir absolument !
    À partir du 5 avril 2011
    Les Gueux
    de la République
    de Georges Krausz,
    238 pages, 18 €
    ISBN : 978-2-84878-112-9
    « Une des conséquences du surendettement
    est de détruire à petit feu ses victimes,
    altérant irrémédiablement tant leur moral
    que leur physique, entraînant des pathologies
    lourdes, le recours à des solutions extrêmes,
    l’isolement et la marginalisation. Ces naufragés,
    ces laissés pour compte s’accrochent
    comme ils peuvent à la vie, surconsomment
    les mixtions magiques de tranquillisants,
    somnifères et antidépresseurs, contribuant
    ainsi au trou de la Sécurité sociale, tout en
    détruisant inconsciemment leur santé. »
    Il y a la misère dont on hérite – qui nous poursuit toute notre vie –, et celle dans laquelle
    on tombe, après un accident de la vie – chômage, divorce, maladie – aspiré par
    l’engrenage infernal des crédits toxiques. Dans notre pays, cette véritable pandémie
    touche plusieurs millions de citoyens. Le nombre de ces nouveaux exclus ne cesse de
    croître, avec chaque année près de cent quatre-vingt mille cas supplémentaires, et les
    dommages collatéraux sont considérables, puisque des familles entières sont ruinées,
    marginalisées, détruites. Les Gueux de la République, récit sans fard – non dénué d’humour
    – de dix années d’un parcours kafkaïen, leur est dédié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *