Microcredit en crise : dérives du microcrédit et inversement des valeurs du micro credit

By | 10 janvier 2011

Dans le pays d’origine du microcredit qu’est l’inde, la grogne monte !

Les emprunteurs de la microfinance n’arrivent plus à rembourser leurs prets, le principal parti politique de l’opposition au gouvernement indien appelle les emprunteurs à ne pas rembourser les mensualités de leur microcredit.

Mais que se passe t’il dans le berceau de la microfinance et donc du microcredit ?

C’est tout simplement la crise financière des petits emprunteurs de microcredit. Une nouvelle vague de suicides s’abat sur l’inde, comme elle s’est abattue en 2006 et pour les mêmes raisons. Les emprunteurs de microcredit n’arrivent plus à faire face à leurs dettes !
Le harcèlement des agents de crédit, comme on les appelle dans ce secteur spécifique du crédit, amène les emprunteurs à un état de crainte et de peur du lendemain.
Ne plus rembourser ses dettes de crédit dans ce pays très pauvre ou de nombreux sacrifices sont déjà consentis est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, le suicide intervient ici comme ultime solution !

Les faits qui viennent d’être évoquer se passent dans le sud de l’inde où est concentré 30% de l’activité du microcredit du pays.
A noter que cette crise se solde par une chute du taux de remboursement ! Les microcredits impayés représentent 50 à 90 % de l’ensemble des microcredits !

La crise du microcredit uniquement en Inde ?

La réponse est non ? C’est outil destiné à sortir les exclus du système financier et de la bulle économique est verrolé !!
Les pays qui ont connu ou qui connaissent une crise du microcredit :
le Maroc, la Bolivie, le Nicaragua, le Pakistan, la Bosnie-Herzégovine sont des pays qui se sont servis de cet outil financier pour apporter de la croissance et de la richesse au plus démunis, mais qui se sont malheureusement retrouvés en crise farouche avec l’augmentation de l’impayé et des inégalités croissante entre les différentes classes de la population.
En effet, la volonté de développer le microcredit venait bien évidemment des meilleurs intentions qui soient !

Alors si cette crise n’est pas un épiphénomène, peut être devrions nous prendre du recul et voir ainsi les raisons de ce développement du crédit ?
Cela nous permettra de mieux comprendre les raisons de sa faillite !

Les raisons du développement du microcredit !

Comme nous l’avons dit précédemment, la naissance ou renaissance du microcredit vient d’Inde dans les années 70. Le porte parole de cette nouvelle vision de la finance est Muhammad Yunus que l’on appelle aussi « Banquier des pauvres ».
Son idée était simple ! Au contact de ses concitoyens indiens, cet enfant d’une caste plutot aisée, se disait simplement que chacun peut apporter de la richesse, qu’il suffisait juste de l’aider financièrement et que les fruits de son travail lui rapporte plus que l’emprunt contracté.

  • Des profits réduits pour le prêteur,
  • des risques controlés
  • et une confiance développée entre preteurs et emprunteurs

Ces facteurs étaient donc les clés de la réussite du microcredit !

Malheureusement, au lieu de conserver l’humilité de cette idée, tout le monde a vue dans le micro credit les clés « du bonheur » ! Il faut y voir ici le sens large du bonheur ! Nous développerons cela un peu plus loin !

  • Bref, ces micro prêts étaient destinés à l’aide à la création d’entreprise !
  • Yunus, tout auréolé de son prix nobel de la paix était donc le détenteur de LA solution financière.
  • Les gouvernements successifs ont donc laissé libre cours au développement de cette activité du microcrédit, qui ne l’oublions pas, est une activité financière.
  • Ainsi, le microcredit est passé d’un développement à taille humaine par des ONG, à un développement plus « industriel » par de grand groupe !

La question, qui devait être posée était le marché peut-il sauver les pauvres ?

Microcredit déviant ou le renversement des valeurs !

En effet, la microfinance avait pour but d’aider les individus, de prendre du temps pour accompagner les projets concrets n’ayant pas les moyens de se financer !
Mais dans microfinance il y a finance ! Nous les occidentaux avons vu une autre crise financière il s’agit de la crise des subprimes !
Et quel est le dénominateur commun entre ces 2 crises : la recherche de l’ultra-profit !

Nous l’avons précédemment, Muhamad Yunus prix nobel de la paix pour le développement du microcredit, apportait une caution et un alibi à ce nouveau type de finance. Les ONG ayant démontré la réussite du microcredit, les grands groupes bancaire, fonds de capitaux privés se sont engouffrés dans la brèche du « credit propre« , du « credit responsable« .

En résumé c’était un discours démagogique de ce type :  « Moi grand groupe bancaire, regardez je prête aux pauvres » !

Eh oui, quelle opportunité ! Quel soulagement ! tout le monde y trouve son compte !

Le microcredit c’est la réponse pour

  • Les gouvernements : stop à l’exclusion du système économique ! Tout le monde peut emprunter et de manière saine. Un eldorado très beau mais iréel !
  • Les fonds de capitaux privés, et capitaux risques : des profits sur le volume de microcredits octroyés. Tout cela au détriment des vertues sociales du microcredit
  • Les demandeurs de credits : l’estime, la création d’entreprise mais aussi (et malheureusement) le sentiment de l’augmentation immédiate du pouvoir d’achat !

C’est ici, qu’il faut voir le microcredit comme les « clés du bonheur » au sens large car toutes les parties sont comblées. Voyez ici bien évidemment mon sarcasme !

Cette nouvelle crise financière symbole de la lutte entre le lucratif et l’aide sociale est née de parents improbables : le microcrédit et le capitalisme !
Avec l’apparition de ces crises successives nous assistions donc au renversement des valeurs que véhiculait Muhamad Yunus !
Sa microfinance devait se suffire à elle même et malheureusement elle a généré du profit, trop de profit !

Muhamad Yunus comme Albert Einstein ?

En effet, 2 prix nobels, Yunus prix nobel de la paix et Einstein prix nobel de physique avaient un même but : aller vers un monde meilleur !
Malheureusement dès que ces innovations ont été dans les mains d’autres personnes, leur découverte a été déviée de sa trajectoire.

Et allons jusqu’au bout de la comparaison, ces déviances ont aboutis à des morts !

Crise du microcredit en inde : Des signes de cette maladie couvaient pourtant

  • Concentration des offres de credit dans des zones restreintes. En effet, les agences de crédits ont poussé comme des champignons surtout dans des zones urbaines au lieu de se développer avec un meilleur maillage de territoire.
    Ainsi, l’accès au microcredit devenait facile et la multidétention est devenue « monnaie courante » (désolé pour le mauvais jeu de mot).
    Les microcrédits devenaient parfois compliqués à placer pour des ONG car les citoyens avaient déjà des financements !
  • Le controle des emprunteurs devenu totalement inéfficace. Souvent les agences de credits proposaient aux demandeurs des crédits pour rembourser les premiers crédits empruntés.
    Il faut savoir également, que les agents de crédits sont parfois rémunérés à la commission et donc au placement de produits financiers.

Le microcredit est donc devenu un crédit à la consommation ! Le microcrédit, aussi abérant que cela puisse paraitre a provoqué le surendettement de familles entières, les agences de crédits concurrentes étaient parfois de conivence et provoquait ce que nous appelons la cavalerie (emprunter pour rembourser un premier crédit).

Le plus dur, c’est qu’en Inde, le surendettement causé par le microcrédit (utilisé comme credit conso) a pour plus grande destination des dépenses de santé ou pour l’habitat  ou encore l’éducation… bref, ce que nous estimons être en occident et en france, le nécessaire !
Cela par contre ne créé par de richesse et de fait, les emprunts ne peuvent pas être rembourser.

Avis du blog credit responsable sur la crise du microcredit

  • Le microcredit ne peut pas être considéré comme une solution à la pauvreté, il n’est pas la clé du bonheur !
  • Le microcredit est un produit, un outil financier qui doit être controlé par leur distributeur !
  • Il est tellement facile de prêter à tout le monde, d’autant plus que ce produit est signé et garanti par le prix nobel de la paix !

Encore une fois le profit et la recherche du profit des plus grands détruisent tout bonnement les plus démunis !
D’une idée simple et belle qui permettait également de redorer le blazon des établissements bancaires et des établissements de crédit, nous assistons à une crise financière moins médiatique que la crise des subprimes, car non américaine mais à une crise tout de même et surtout à la mort de femmes et d’hommes !

Microcredit et ultraprofit concrétisé en Inde avec SKS

  • SKS est le premier institut de microcredit à entrer en bourse. L’établissement SKS est un institut qui officie et délivre des  microcredits en inde.
  • Soros Fund Management et Sequoia Capital ont déjà investi dans SKS pour augmenter la capacité de cet institut à prêter.
  • Sequoia Capital participé au développement de sociétés telles qu’Apple, Oracle, Yahoo, Google et YouTube.

Dans ces 3 phrases qui sont des faits, nous résumons l’intéret de grands fonds ou capitaux privés vers les instituts de microfinance pour obtenir du profit.

A mon avis, ces grands fonds d’investissements n’avaient pas prévus cette nouvelle vague de suicide en inde.
Espérons qu’ils sont plus attristés par le sort de ces familles que par la chute du cours de leurs actions !!

Microcredit : une mise en garde pour Lagarde !

Effectivement, la loi lagarde incite les grands groupes financiers à accentuer leurs efforts sur le développement du microcredit en france ! Cette demande et le vote de la loi se situaient avant cette vague de suicides.

  • Il est évident que dans le développement de ce produit il faut mettre des gardes de fous et ne pas le transformer en banal crédit à la consommation.
  • Les citoyens dans le besoin ne méritent pas un fléau, ils ont besoin d’une véritable aide qui les remettent dans le circuit économique.
  • Il serait tellement facile de céder aux sirènes de la démagogie et d’appeler un crédit « microcrédit » pour le vendre à la pelle et générer du profit !

Peut être qu’avant de procéder à ce développement en masse du microcrédit, le législateur ferait bien de veiller à traiter les problèmes de sociétés pour prévenir et éviter les exclusions, de certains d’entre nous, du système financier.
Ce sujet a été traité dans les vérités de la Loi Lagarde ! C’est à cela que doit s’atteler notre ministre de l’économie !

Votre avis nous intéresse. N’hésitez pas à laisser vos commentaires sur ce post et à en parler autour de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *